Préface de M Alain Risson et de M Daniel Martin, la dématérialisation des échanges
 
Généraliste de l'entreprise
Domaines de compétence
Personnalité
Centres d'intérêts

Coach et Mentor
Management
Project manager
Négociateur
Formateur
Expert NTIC
Inventeur

Communication
Marketing
Technique - Ingénierie
Industrialisation
Informatique
Auteur - Rédacteur
AMOA

Pilote automobile
Paris Dakar 1987
Journaliste d'un jour
Un privé chez les pro
Et plus encore ...

Me contacter
Mentions légales

 
La dématérialisation des échanges / Préface de Messieurs Martin et Risson
Alors qu'internet est de plus en plus présent dans notre vie quotidienne, un ouvrage de référence sur la 'dématérialisation' accessible à tous est enfin disponible en librairie.

Publié par Hermes Science Publishing - Editions Lavoisier, dans la collection 'Management et informatique', cet ouvrage analyse l'évolution de la dématérialisation des échanges, processus accéléré par le développement de l'électronique, de l'informatique, des NTIC et en particulier d'internet. Il étudie tous les domaines concernés par cette dématérialisation, devenue aujourd'hui inéductable.

Ce livre étudie tous les domaines concernés par cette dématérialisation. Il s'interesse aux applications développées et utilisées dans le monde professionnel du secteur privé comme du secteur public et auprès des particuliers.

Il présente les avantages et les risques du processus de la dématérialisation des échanges afin que chacun puisse en bénéficier et éviter tout écueil.

Monsieur Alain Risson

Ancien Maire de Gluiras, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, il a été pendant de nombreuses années le rapporteur du groupe ‘Technologies de l'information et de la Communication’ de l'Association des Maires de France.

Nous vous proposons de découvrir ici quelques extraits de sa préface :

Un habitant de ma commune, un ardéchois bien dans sa peau, les yeux un peu plissés respectueux et plein de malice contenue, non internaute et non informatisé, une sorte de vestige d'une société préhistorique (celle de la fin du 20ème siècle), était venu, comme c'est souvent le cas dans les sociétés rurales peu expertes dans le maniement de l'écrit, pour faire ‘remplir un papier’, en fait accomplir une de ces nombreuses démarches dont l'administration française a le secret, démarches que chaque nouvelle mesure de simplification décidée ‘à Paris’ rend toujours plus complexes.

Il regardait du coin de l'œil l'ordinateur sur mon bureau, surtout parce que le fond d'écran était une splendide photo de moutons sur un arrière-plan de village, un beau village certes. Il savait confusément que nous étions un village pilote de la technologie, un village qui voyait défiler régulièrement des visiteurs curieux de nos innovations, bien habillés, des messieurs avec cravate et des dames comme à la ville, et puis surtout des voitures de location, toutes immatriculées dans le même département, et c'était ça finalement qui les surprenait le plus. Certes il avait lu dans le journal local Vivre à Gluiras que Bill Gates avait une carte de vie quotidienne de la Communauté des Châtaigniers, que la RATP fournissait les moyens d'aller à la cantine, de prendre le ‘bus du mercredi’ et même d'ouvrir les portes de la mairie. On lui avait même donné une carte à puce, soigneusement rangée avec son livre de cantiques Tout était un peu magique.
Il ne pensait pas que cela pouvait s'appliquer aussi à lui. Son problème était simple : il voulait faire un écobuage car les ronces et fougères, voire les genêts envahissaient les pourtours de ses champs, et pour éviter les foudres de la loi, il devait faire une demande d'autorisation au préalable. L'inquiétude fut à son paroxysme quand il me vit taper sur le clavier quelques rapides éléments et lui dire : « C'est bon, tu peux y aller. » Il avait mis le pied, sans le vouloir, dans la dématérialisation.
C'était presque aussi traumatisant que la première fois où, sur une télévision désormais débridée et vulgaire, il vit une première paire de fesses. Ça lui a fait le même effet : l'impression d'un monde différent, un endroit réservé à d'autres, mais aussi comme une gourmandise à laquelle il ne croyait pas avoir droit. Mais avant de partir, il me dit quand même : « Si tu me dis que c'est bon, d'accord, mais donne moi quand même un papier ! » [...]

[...] L'ouvrage de Gilles de Chezelles est une fabuleuse contribution à la compréhension de ce processus qui bouleverse, et ce n'est encore rien, à la fois nos modes de travail mais aussi nos comportements citoyens, notre façon de vivre dans la cité, notre façon de vivre la cité, le territoire, le rapport aux autres. En même temps, il nous emmène au cœur des problématiques que cette dématérialisation soulève, au cœur des contradictions qui ne peuvent ni faire oublier l'homme, ni la qualité des relations directes, ni les limites de la technique.
Car il ne peut y avoir un champ d'excellence peuplé de ‘e-citoyens’ et un marais embourbé dans la lourdeur de procédures papier qui ont fait leur temps. Une résignation à cette situation serait pour les structures publiques, et notamment pour les plus petites, la signature de leur future disparition [...]

[...] L'ouvrage de Gilles de Chezelles ouvre les portes de l'imagination sur cette mutation en marche, sur cette transformation radicale des modes d'échange des savoirs, sur cette émancipation virtuelle de l'esprit. Une mutation que ce livre aide à comprendre, donc à maîtriser et non à subir [...]

 


     Monsieur Daniel Martin

Directeur général de CertiNomis, filiale du Groupe La Poste, société dont il assurait auparavant le développement commercial. Il a également assumé la fonction de vice président de la Fédération Nationale des Tiers de Confiance (Fédération regroupant les professionnels de la sécurisation des échanges et de la dématérialisation), de 2003 à 2005.
CertiNomis est la première Autorité de Certification de technologie et de droit français. filiale de la Poste, la société créée en 2000 se met au service des entreprises, des établissements financiers et des administrations dans le domaine de la certification d’identité et de la signature électronique.

Dématérialisation !
Ce mot, depuis quelques temps, est sur toutes les lèvres. Présentée comme l’avancée technologique majeure de ces prochaines années, comme le nouveau créneau de la ‘ modernité ’ la dématérialisation est en réalité quasiment terminée, après avoir débuté il y a plus de vingt ans.

Reconnaissons-le : tous les textes sont créés sous forme numérique, les comptabilités, dans la plupart des cas, sont électroniques (qui utilise encore les positionneuses comptables, outils encombrants et peu pratiques issus de la mécanographie ?) les tables à dessin industriels disparaissent progressivement, bref, le dernier bastion de résistance à la dématérialisation se situe au niveau de l’échange, qui reste sous forme papier dès qu’il représente un risque pour l’utilisateur (contrats, lettres recommandées…). Ce papier qui, pour des raisons d’archivage et de facilité de traitement, est scanné dès son arrivée chez le destinataire.
Techniquement et juridiquement, les solutions existent. Et pourtant, les échanges dématérialisés restent timides dans le domaine. Certes, chacun se sert de sa messagerie électronique pour échanger avec ses interlocuteurs, mais revient au papier lorsqu’il s’agit de formaliser un échange, de vouloir lui donner une valeur supplémentaire, en guise d’assurance [...]

[...] C’est la majorité qui a besoin d’être convaincue, et non plus une élite technocratique. Ce sont les utilisateurs de demain qui doivent être informés aujourd’hui, loin des mythes racontés par les maîtres à penser de l’informatique, que dénonce Gilles de Chezelles dans son ouvrage [...]

[...] Gilles de Chezelles, par son approche didactique et pragmatique de la dématérialisation, réussit à en donner les clés en évitant les pièges qu’il dénonce. Gageons qu’il fait lui aussi partie de ces témoins éclairés qui serviront la cause la plus importante, celle des utilisateurs, ceux qui agissent, sans se cantonner dans le savoir [...]

  

Sommaire de l'ouvrage
(cliquez sur le titre du chapitre que vous souhaitez consulter)


Préface par M. Alain Risson
         et M. Daniel Martin

Introduction - Une petite histoire de la dématérialisation
   Du rêve d'un monde meilleur à la réalité
   Du télégraphe à internet
   Des premiers calculs à l'ordinateur

Les "fausses bonnes idées"
      Le rêve du bureau "sans papier"
      Le pouvoir des "sachants" dans l'informatique
      Les théoris du "tout dématérialiser"
      Quelques applications du "tout dématérialiser"

Dématérialisons ...
      Dématérialisons les échanges avec l'extérieur
      Dématérialiser les échanges avec l'administration
      Dématérialisons l'argent et les valeurs financières
      Dématérialisons le travail

   ... sans aller trop loin (une mise en oeuvre réaliste)
      La confiance, clé de voute de la dématérialisation
      La dématérialisation et le "savoir retrouver"
      L'utilisation de services sur internet
      Les risques liés à la dématérialisation

    Utilisons la dématérialisation au quotidien
      Quelques services de dématérialisation
      Présentation de quelques outils
      Exemples de mise en oeuvre de solutions
      Les marchés publics, un exemple privé/public

"Alors qu'internet est de plus en plus présent dans notre vie quotidienne, un ouvrage de référence sur la 'dématérialisation' accessible à tous est enfin disponible en librairie."

Bon de commande de "La dématérialisation des échanges"


               Accueil  |  Précédent  |  Contact  
           2001 - 2017    Gilles de Chezelles